« L’affaire » Girard, la fin de l’entente entre alpagistes et randonneurs ?

En janvier 2016, un agriculteur de Thoiry, Jean-François Girard, était condamné à verser 95’000 € de dommages et intérêts à un couple de promeneurs suisses, blessé par son troupeau dans le secteur du Reculet en 2010.

Source : Le Dauphiné Libéré, 21/04/2016

Très remonté par cette affaire, le syndicat des alpagistes a fait savoir qu’il envisageait de modifier les conditions d’accès aux pâturages de la Haute-Chaîne afin de de limiter le risque en responsabilité civile de ses adhérents.  Cette réaction, bien que compréhensible, pourrait malheureusement remettre en cause le subtil équilibre acquis au fil des décennies entre ceux qui vivent de la  montagne et ceux qui viennent s’y ressourcer ou s’y dépenser.

Les ARN ont toujours soutenu le principe d’une cohabitation paisible entre promeneurs et exploitants éleveurs sur la Haute-Chaîne ; ils souhaitent donc que soit maintenue la réglementation favorisant le partage raisonné des différents usages, conformément aux dispositions du décret n° 93-261 du 26 février 1993 portant création de la Réserve naturelle et autorisant, sous certaines conditions, la pratique d’activités aussi variées que la chasse, la randonnée pédestre ou la circulation automobile.

Conscients de l’augmentation de la fréquentation pédestre et des incivilités commises par quelques promeneurs peu scrupuleux ou tout simplement ignorants des règles de bonne conduite en montagne, ils interpellent aujourd’hui la communauté de communes du Pays de Gex, en tant qu’autorité gestionnaire de la Réserve, sur les mesures à prendre pour sensibiliser et mieux informer les usagers. Ils rappellent que le renforcement de la signalétique le long des sentiers et la sensibilisation des randonneurs à un plus grand respect des milieux et activités pastorales sont indispensables, mais qu’il convient de compléter ces actions par des mesures favorisant l’échange et le dialogue entre les populations rurales et traditionnelles d’un côté, urbaines et néophytes de l’autre. Chacun doit comprendre que le maintien d’une agriculture paysanne dans les espaces propices à la randonnée est nécessaire à l’entretien et la valorisation du patrimoine naturel dans la durée.

Pour en savoir plus :

Motion Girard votée par les ARN.

http://www.rnn-hautechainedujura.fr/activites-traditionnelles/pastoralisme/

http://www.ledauphine.com/ain/2016/04/20/ses-vaches-bousculent-des-randonneurs-son-assurance-doit-leur-verser-95-000-euros

http://www.ledauphine.com/savoie/2016/05/14/150-personnes-sont-venues-soutenir-l-eleveur-dont-les-vaches-ont-bouscule-des-randonneurs

Le projet d’agglomération du Grand Genève

En tant qu’association agréée pour la protection de l’environnement, les ARN ont, dès 2003, pleinement participé aux travaux titanesques du projet d’agglomération franco-valdo-genevois, rebaptisé depuis projet du « Grand Genève ». Ils ont notamment fait valoir les intérêts spécifiques du territoire gessien en collaborant à la définition de concepts d’aménagement coordonnés, sur des couloirs transfrontaliers spécifiques (Gex/Ferney-Voltaire/Grand Saconnex,  Saint-Genis-Pouilly /Meyrin, etc.).

Plus d’infos : http://www.grandgeneve.org/concretement/pres-de-chez-vous/presentation-des-territoires

Ce travail de planification transversal a donné lieu à la publication de plans-guides définissant les orientations de l’aménagement du  territoire franco-valdo-genevois,  à l’horizon 2030. Ces orientations sont maintenant déclinées sur chaque territoire de projet et retranscrites de manière stratégique ou opérationnelle dans différents  champs de l’action publique :  urbanisme réglementaire, transport et mobilité, gestion des cours d’eau, politique énergétique, etc.

Plus d’infos : http://www.grand-geneve.org/mediatheque/cahiers-paca/80

A la naissance du Grand Genève en 2012, les ARN sont devenus membres du Forum d’agglomération. Parallèlement, ils sont restés membre de la  commission Environnement du Comité Régional Franco-Genevois, la plus ancienne instance de coopération transfrontalière entre la France et la Suisse, qui réunit entre autres les représentants de chaque Etat.

Pour en savoir plus en matière de coopération transfrontalière :

http://www.grand-geneve.org/grand-geneve/organisation/schema-dorganisation

http://www.crfginfo.org/

 

 

Sauvegarder le patrimoine naturel

Investis depuis 40 ans au profit de la protection du patrimoine naturel gessien, les ARN interviennent auprès des collectivités locales en charge de la compétence urbanisme afin de limiter les impacts de la pression foncière et préserver des zones d’inconstructibilité.

C’est pourquoi l’association participe :

  • aux travaux de révision du Schéma de Cohérence Territorial du Pays de Gex et à la préparation du Plan Local d’Urbanisme intercommunal ;
  • aux comités de pilotage de différents projets d’aménagement, tels que la véloroute envisagée entre Gex et Ferney-Voltaire ou la création d’une filière d’évacuation et de recyclage des déchets de construction (déchets inertes) ;
  • à l’élaboration et au suivi des chartes pour le maintien de « trames »  bleue  (pour la renaturation et la protection des cours d’eau sur le territoire) et verte (pour la mise en valeur et la protection des corridors biologiques au sein des espaces urbanisés).

Plus d’infos : http://www.paysdegex.concertationpublique.com/

En tant qu’association agréée pour la protection de l’environnement, les ARN formulent aussi des avis versés au dossier d’enquête publique lors des procédures de révision des documents d’urbanisme (ex : Plan Local d’Urbanisme) ou des phases de concertation organisées dans le cadre de grands projets d’aménagement (ex : Bus à Haut Niveau de Service sur la RD 1005).